Mot-clé: Pour les plus jeunes

24 résultats trouvés pour "Pour les plus jeunes"
Sa Première Communion

Sa Première Communion

23 avril 1912, jour tant attendu. Josémaria prépare déjà son âme depuis des semaines et c’est aujourd’hui qu’il va recevoir Jésus. Chez lui tous sont sur leur trente et un, Josémaria en premier. Or, en préparant cette fête, voici qu’un petit accident va permettre à Josémaria d’offrir un beau cadeau à « son hôte de marque ».

Les étés à Fonz

Les étés à Fonz

Ils attendaient impatiemment les vacances, juillet et août à Fonz : ils faisaient leurs valises, remplissaient les malles et emportaient tout ce qu’il leur fallait pour ces mois d’été. Don José et doña Constance, grands parents maternels de Josémaria, étaient de Fonz.

La Vie de saint Josémaria Escriva

La Vie de saint Josémaria Escriva

Josémaria était un enfant normal, gai, espiègle et drôle. Il avait une sœur aînée, Carmen, née deux ans avant lui. Doña Dolores, sa maman, était maîtresse de maison et don José travaillait dans une boutique qui vendait des tissus et du chocolat.

Les Premières Années de l’Opus Dei

Les Premières Années de l’Opus Dei

Dès qu’il le put, il mit en route, dans un appartement, un foyer d’étudiants, pour pouvoir ainsi leur parler du Seigneur et les aider à être de meilleurs chrétiens.

Prière à saint Josémaria pour les plus petits

Prière à saint Josémaria pour les plus petits

Jésus, saint Josémaria t’aimait beaucoup et nous aimait aussi beaucoup, nous les enfants. Je veux t’aimer comme lui et t’apporter beaucoup de joies. Je veux t’aider à construire un monde plus beau et à faire que les hommes soient heureux.

Et au bout, un château

Et au bout, un château

Don José a su gagner l’amitié de son fils parce que depuis son plus jeune âge il a joué avec lui comme s’il n’avait rien d’autre à faire : Josémaria jouait avec des cubes en bois.

Des frites et des poivrons

Des frites et des poivrons

En rentrant de l’école, Josémaria arrivait en trombe. - Maman, maman, je suis là ! Et il allait à la cuisine pour grignoter. Il en sortait avec deux ou trois frites à la main.

L’amour de la sainte vierge

L’amour de la sainte vierge

Josémaria qui avait deux ans, avait toujours été en pleine forme. Cependant, un matin, au réveil il était tout penaud et sans vitalité. Il n’avait pas faim, il était mal en point. Il avait une grosse fièvre. Les heures tournaient et la fièvre ne baissait pas. Les médecins savaient que c’était grave et qu’on n’y pouvait plus rien.