Fondateur Textes du jour

“Il faut que tu sois homme de vie intérieure”

Il faut que tu sois "homme de Dieu", homme de vie intérieure, homme de prière et de sacrifice. — Ton apostolat doit être un débordement de ta vie "en dedans". (Chemin, 961)

Vie intérieure. Sainteté dans les tâches ordinaires, sainteté dans les petites choses, sainteté dans le travail professionnel, dans les efforts de chaque jour...; sainteté pour sanctifier les autres. Un jour, un de mes amis — je n'en finis pas de bien le connaître — rêvait qu'il volait en avion à très grande altitude. Il ne se trouvait pas à l'intérieur, dans la cabine, mais assis sur les ailes. Pauvre malheureux, comme il souffrait et comme il avait peur! Notre Seigneur lui faisait comprendre en quelque sorte que les âmes sans vie intérieure ou qui la négligent avancent ainsi, incertaines et angoissées, en altitude divine, avec le risque permanent de s'écraser, dans la souffrance et l'incertitude.

Et je pense, en effet, qu'un grand danger de s'égarer menace ceux qui se jettent dans l'action — dans l'activisme! — et se passent de la prière, du sacrifice et des moyens indispensables pour obtenir une piété solide, c'est-à-dire le recours fréquent aux sacrements, la méditation, l'examen de conscience, la lecture spirituelle, la fréquentation assidue de la très Sainte Vierge et des Anges gardiens... Tout ceci contribue en outre, avec une efficacité irremplaçable, à rendre la journée du chrétien tellement agréable, car c'est de la richesse de sa vie intérieure que proviennent la douceur et le bonheur de Dieu, comme le miel coule de la ruche.

 

Dans sa propre intimité, son comportement extérieur, ses rapports avec les autres, son travail, chacun de nous doit essayer de se tenir continuellement en présence de Dieu, par une conversation — un dialogue — qui ne se manifeste pas extérieurement. Mieux encore, par un dialogue qui d'ordinaire s'exprime sans bruit de paroles, mais doit néanmoins se remarquer à la ténacité et au tendre empressement que nous mettrons à bien achever toutes nos tâches, aussi bien les plus importantes que les plus insignifiantes. (Amis de Dieu, nos 18-19)