"Soyez les ministres de la Miséricorde divine"

Mgr. Echevarria a ordonné samedi dernier 30 fidèles de la Prélature. Les nouveaux prêtres proviennent de 11 pays. Nous vous proposons de lire l'homélie prononcée lors de la cérémonie et de visionner le résumé vidéo :

Nouvelles

Rome, Basilique Saint Eugène, 10-V-2014

1. Très chers diacres, chers frères et sœurs,

la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II est encore toute récente et nous rendons grâce à Dieu d’avoir enrichi l’Église d’une nouvelle manifestation de sa sainteté. Mais en ce jour d’ordination sacerdotale, je voudrais aussi rappeler que durant une longue période, saint Jean-Paul II a conféré le sacerdoce à un bon nombre de fidèles de l’Opus Dei.

Notre reconnaissance est donc grande envers celui qui contribua de manière significative à agrandir la chaîne des prêtres dans l’Opus Dei, initiée en 1944 avec l’ordination des premiers membres, parmi lesquels figurait le très cher Mgr Alvaro del Portillo. Tournons-nous donc vers saint Jean-Paul II et le futur bienheureux Alvaro en leur demandant d’intercéder pour les nouveaux prêtres, les évêques, tous les prêtres et diacres afin qu’ils cheminent avec promptitude sur le chemin de la sainteté. Aussi, rénovons, comme bons fils, la résolution de prier beaucoup pour le Saint Père, son travail et ses collaborateurs.

L’Église et le monde attendent des prêtres qu’ils portent l’annonce de l’Évangile aux hommes et femmes de notre temps et spécialement à ceux qui sont dans le monde pour qu’ils reçoivent avec profit les sacrements. En administrant le pardon des péchés et le Pain de vie, vous serez donc, chers fils, ministres de la miséricorde divine. Les textes du quatrième dimanche de Pâques, dit dimanche du bon Pasteur, nous parlent justement de la miséricorde du Seigneur, le berger à ne jamais perdre de vue. Et nous, qui avons reçu le ministère sacerdotal, nous nous devons de regarder sans cesse le Maître et bon Pasteur et de lui demander comme le faisait saint Josémaria : Que je voie avec les yeux du Christ !

2. Au cours d’une récente audience, à propos du sacrement de l’Ordre, le Pape rappelait le conseil de saint Paul à Timothée: ravive le don de Dieu, qui est en toi, conféré par l'imposition de mes mains (2 Tm 1, 6). Et de commenter : « Quand on ne nourrit pas le ministère, le ministère de l’évêque, le ministère du prêtre par la prière, par l’écoute de la Parole de Dieu, et par la célébration quotidienne de l’Eucharistie et également par une fréquentation du sacrement de la pénitence, on finit inévitablement par perdre de vue le sens authentique de son propre service et la joie qui découle d’une profonde communion avec Jésus »[1].

Je souhaite souligner la nécessité de la prière pour arriver à être véritablement prêtres à cent pour cent,comme le répétait souvent saint Josémaria. Combien de fois l’ai-je entendu donner ce conseil aux prêtres ! Une de ses homélies sur le sacerdoce rappelle en peu de mots la tâche des prêtres : il leur faut en effet étudier constamment la science de Dieu, orienter spirituellement beaucoup d'âmes, écouter de nombreuses confessions, prêcher inlassablement et prier beaucoup, beaucoup, l'âme toujours tournée vers le tabernacle où se trouve réellement présent Celui qui nous a choisis pour être siens, en un don merveilleux et plein de joie, même à l'heure des contradictions, qui sont le lot de toute créature[2].

3. Ayons une grande confiance en le Seigneur, Pasteur suprême de l’Église, unique Pasteur, les ministres sacrés n’étant que ses instruments, choisis par Lui pour se rendre présent et agir au milieu de son troupeau. L’Évangile de la Messe nous le rappelle quand Jésus se présente comme le bon Pasteur : il appelle par leur nom ses brebis, et il les mène aux pâturages. Quand il a fait sortir toutes ses brebis, il marche devant elles, et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix (Jn 10, 3-4).

Nous pouvons donc faire nôtres les mots du psaume responsorial : Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me mène près des eaux rafraîchissantes, il restaure mon âme(Ps 23 [22] 1-3). Dans les moments d’obscurité qui peuvent se présenter au cours de l’existence, allons à Celui qui nous attend dans le tabernacle pour lui confier ce qui pèse sur notre âme et nous épuise. Ainsi nous serons en paix. Même quand je marche dans une vallée d'ombre mortelle, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent (ibid., 4).

Mes chers fils, dans l’Œuvre, le Seigneur a voulu nous donner un modèle de pasteur : saint Josémaria, notre cher Père qui s’est tant dépensé au service de la formation des prêtres de l’Opus Dei. Don Alvaro le rappelait lors de l’ordination presbytérale que le Seigneur lui permit de concéder : « Je me dois de rappeler le dévouement sans limites avec lequel notre Père soigna la formation des membres de la Prélature qui se préparaient à l’ordination sacerdotale et parmi lesquels je figurais »[3].

Saint Josémaria – j’en suis témoin – demandait à tous les fidèles de la Prélature, et donc aussi aux prêtres, de prendre tous les jours la résolution de servir les âmes, sans oublier les pauvres et les malades. Ils sont un trésor pour la société, et l’Opus Dei est né de leur aide.

En septembre, aura lieu la béatification de don Alvaro. Je vous recommande de recourir à son intercession et de vous rappeler sa vie de service fidèle à Dieu et aux âmes. Avec ses mots, je vous répète : « Ne vous effrayez jamais de la disproportion entre votre petitesse et la grandeur de ces mystères de Dieu que vous allez administrer. Que cette disproportion, en plus de vous inciter à lutter pour la sainteté personnelle, soit toujours source d’émerveillement et de gratitude devant la bonté de Dieu »[4].

4. Avant de conclure, je souhaite saluer spécialement les parents, sœurs et frères des nouveaux prêtres, leurs familles et amis ici présents. Remerciez le Seigneur pour le cadeau qu’il vous a fait ; que cette ordination vous pousse à vous approcher de Dieu. Et vous, mes chers fils, n’oubliez jamais tout ce que vous devez à la prière, à l’éducation, au bon exemple que vous avez reçus au sein de vos familles. Souvenez-vous de ces paroles que saint Jean-Paul II adressait aux prêtres :

« L'appel à la prière avec les familles et pour les familles concerne chacun de vous, chers Frères, d'une manière tout à fait personnelle. Nous devons la vie à nos parents et nous avons à leur égard une dette permanente de gratitude. Qu'ils soient encore vivants ou déjà entrés dans l'éternité, nous leur sommes unis par un lien étroit que le temps ne rompt pas. Si nous devons à Dieu notre vocation, il nous faut reconnaître la part significative qui leur en revient (…). Chaque prêtre peut dire de lui-même : "J'ai contracté une dette envers Dieu et envers les hommes". De nombreuses personnes nous ont accompagnés de leur pensée et de leur prière »[5].

Unissons-nous à la prière de l’Église pour que le divin Semeur sème dans le monde entier l’appel à le servir dans le sacerdoce ministériel. Et en ce mois de mai, confions notre prière à Marie, Mère de tous et spécialement des prêtres.

Dieu soit loué !


[1] Pape François, Discours lors de l’audience générale, 26-III-2014

[2] Saint Josemaria, Homélie Prêtre pour l’éternité, 13-IV-1973

[3] Don Alvaro, Homélie pour des ordinations sacerdotales, 6-IX-1992

[4] Don Alvaro, Homélie pour des ordinations sacerdotales, 1-IX-1991

[5] Saint Jean-Paul II, Lettre aux prêtres pour le Jeudi Saint, 13-III-1994.