Saint Josémaria expliqué aux parents

Lausanne 24 janvier 2009. Nous sommes au n ° 6 de l’Avenue de la Rasude, au Centre de formation et de rencontres La Vaudaire. Ce samedi après-midi a lieu la première Journée romande interclubs.

Journées interclub en Suisse Romande

De quoi s’agit-il? « Nous voulions ‑ raconte Daria ‑ que les filles qui fréquentent les différents clubs de Genève, Lausanne et Fribourg, apprennent à travailler en équipe. Il s’agissait de se pencher sur un sujet, l’étudier en profondeur et le présenter oralement devant un public ». Quel public? Eh bien, leurs propres parents.

Le sujet : « Saint Josémaria : sa vie et son message. Qu’est-ce que l’Opus Dei, et que fait-il ».

Les motifs de ce choix étaient multiples : d’une part nous venions de célébrer les 80 ans de l’Oeuvre, née un 2 octobre 1928. Ensuite, nous souhaitions que les filles connaissent de plus près, et par elles-mêmes, la figure de Saint Josémaria et la réalité de l’Opus Dei. Finalement, nous voulions donner aux parents l’occasion d’entendre, par la bouche de leurs filles, le contenu du message qui anime la formation qu’elles reçoivent au Club qu’elles fréquentent: Le Rocher à Genève, La Vaudaire à Lausanne et Les Egralets à Fribourg.

Trois présentations différentes par chaque Club

Les plus grandes ont travaillé la vie de Saint Josémaria, qu’elles avaient divisée en trois périodes : la première de sa naissance jusqu’au 2 octobre 1928, la deuxième du 2 octobre jusqu’à son arrivée à Rome et finalement ses années romaines jusqu’à son décès le 26 juin 1975.

Les moyennes se sont penchées sur les différentes initiatives sociales que les fidèles de l’Opus Dei réalisent dans le monde, ainsi que sur les livres écrits par Saint Josémaria.

A leur tour, les plus jeunes se sont servies de panneaux pour illustrer l’expansion de l’Oeuvre dans le monde, elles ont expliqué ce qu’elles apprenaient au Club et ont sélectionné quelques anecdotes de l’enfance du Fondateur de l’Oeuvre.

Point fort de la journée: le concours de questions et réponses préparé par les jeunes sur la base des livres « Histoire d’un oui » et « A travers les montagnes ». Une saine compétitivité s’est engage dans le public, composé de parents et enfants. En fin de journée les avis étaient unanimes : L’Oeuvre fait partie de la vie de ces jeunes et elles savent la présenter. Et plus d’un parent de reconnaître: « Sur certains aspects, ma fille en sait plus que moi ».

A refaire!