Saint Jean-Paul II et Saint Josémaria

Voici différentes occasions où il évoqua le fondateur de l’Opus Dei: "Comme vous le savez bien, la vocation des fidèles laïcs est de viser la sainteté en inspirant chrétiennement les réalités temporelles. Ceci dit, pour vous aussi, chers professeurs et étudiants, comme saint Josémaria vous le disait si souvent, le travail et l’étude doivent être « une prière continuelle, faite des mêmes paroles touchantes mais ayant toujours une mélodie différente. Il vous revient de faire avec la prose de la vie ordina

Bibliographie et essais

Voici différentes occasions où il évoqua le fondateur de l’Opus Dei:

Message du pape Jean-Paul II aux jeunes du Congrès UNIV 2005

Comme vous le savez bien, la vocation des fidèles laïcs est de viser la sainteté en inspirant chrétiennement les réalités temporelles. Ceci dit, pour vous aussi, chers professeurs et étudiants, comme saint Josémaria vous le disait si souvent, le travail et l’étude doivent être « une prière continuelle, faite des mêmes paroles touchantes mais ayant toujours une mélodie différente. Il vous revient de faire avec la prose de la vie ordinaire des vers alexandrins, une poésie héroïque » Saint Josémaria Escriva, Sillon, 500).

Dans son Livre "¡Levez vous, allons !"

“En octobre 2002, j’eus l’occasion d’inscrire Josémaria Escriva de Balaguer au catalogue des saints, ce prêtre zélé, cet apôtre des laïcs pour ces temps nouveaux ».

Jean-Paul II, à l’adresse de l’Assemblée de l’Union Apostolique du Clergé

Josémaria Escriva, un saint de notre temps, a écrit que “nous sommes comme des torches dont le Seigneur se sert pour que sa lumière éclaire. Il dépend de nous que beaucoup ne demeurent pas dans les ténèbres mais qu’ils avancent sur des chemins conduisant à la vie éternelle” (Forge, n. 1).

Vu la portée que cela a eu dans l’opinion publique, n’oublions pas de mentionner aussi, la canonisation de saint Pie de Pietrelcina et de saint Josémaria Escriva de Balaguer !

Discours de Jean-Paul II aux participants à la Canonisation

Chez le fondateur de l’Opus Dei, c’est l’amour de la volonté de Dieu qui se détache. Il a un critère sûr concernant la sainteté : la fidélité à l’accomplissement de la volonté divine jusqu’à ses dernières conséquences.

Homélie de Jean-Paul II à la Canonisation

Jean-Paul II durant sa visite au Centre Elis, à Rome, en 1986

Depuis que, le 7 août 1931, au cours de la célébration de la messe, résonnèrent dans son âme les paroles de Jésus : « Et moi, une fois élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi ! » (Jn 12, 32), Josémaria Escriva comprit plus clairement que la mission des baptisés consiste à élever la Croix du Christ au-dessus de toute réalité humaine, et il sentit naître en lui l'appel passionnant à évangéliser tous les milieux.

Bulle de la canonisation de Josémaria Escriva

Le 17 mai 1992 Nous avons, Nous-même, procédé à la béatification solennelle du fondateur de l'Opus Dei, place Saint-Pierre.

Depuis lors, le nombre de faveurs attribuées par les fidèles à l'intercession du bienheureux Josémaria Escriva n'a cessé de croître ; parmi elles, les Acteurs de la Cause ont choisi une guérison et l'ont présentée à l'étude du Siège Apostolique afin que le bienheureux fût inclus au nombre des saints.

Angélus de Jean-Paul II le 6 octobre 2002

L'amour pour la Sainte Vierge est une caractéristique constante de la vie de saint Josémaria Escriva et représente une partie éminente de l'héritage qu'il laisse à ses fils et filles spirituels. Invoquons l'humble Servante du Seigneur afin que, à travers l'intercession de ce fils dévoué, elle nous accorde à tous la grâce de la suivre docilement sur son chemin exigeant de perfection évangélique.

Discours de Jean-Paul II à l’occasion du centenaire de la naissance de Josémaria Escriva

Dès les débuts de son ministère sacerdotal, le bienheureux Josémaria Escriva a placé au centre de sa prédication la vérité selon laquelle tous les baptisés sont appelés à la plénitude de la charité, et que la façon la plus immédiate d'atteindre cet objectif commun se trouve dans la normalité du quotidien.

Discours de Jean-Paul II aux participants à l’UNIV 2000

Le bienheureux Josémaria Escriva écrit que « dans l’ordre religieux, l’homme sera toujours un homme et Dieu toujours Dieu. Dans ce domaine, le sommet du processus a déjà été atteint, c’est le Christ, Alpha et Oméga, Principe et Fin » (Quand le Christ passe, 104).

Discours de Jean-Paul II à l’Université Pontificale de la Sainte-Croix

Votre université, dont l’origine est le zèle apostolique du bienheureux Josémaria Escriva, s’investit dans la recherche et la promotion de la vérité, dans l’honnêteté intellectuelle et le respect de la Révélation. En tant qu’université, elle est au service de l’Église, appelée en notre temps à un effort missionnaire plus courageux, dans la perspective du troisième millénaire.

Discours de Jean-Paul II aux participants à l’UNIV 1998

Le Christ est en droit de tout demander. Le témoignage de l’amour infini du Père est exigeant. Or lorsque l’Esprit Saint suscite en nous la conscience vivante d’être des fils de Dieu (cf. Rm 8, 15), son appel ne fait pas peur mais attire avec la force de l’amour.

Qui se met totalement entre ses mains éprouve ce merveilleux échange dont parle saint Josémaria : « Ô mon Jésus: “ce qui est à moi est à toi, parce que ce qui est à toi est à moi et que je remets entre tes mains ce qui m’appartient “(Forge, 594)

Dans l’intitulé de votre congrès il y a le mot « compétitivité ». Or pour tout chrétien, il s’agit là, avant tout, d’un combat intérieur pour devenir meilleur et faire que les vertus grandissent jusqu’à l’identification avec le Christ. C’est comme cela que chacun de vous fera en sorte que son service aux autres soit fécond, comme vous le rappelle le bienheureux Josémaria : « Priez-le de graver ses desseins dans notre vie, non seulement dans notre esprit, mais au fond de notre cœur et dans toute notre activité extérieure » (Amis de Dieu, 249). En effet, le salut de l’humanité passe par le combat de chacun pour être saint.

Discours aux assistants au Congrès UNIV 1995

En effet, comme le bienheureux Josémaria vous exhorte à le faire, le travail doit devenir prière, demande d’aide, un acte sincère de don au Seigneur, une acceptation joyeuse du sacrifice, un don souvent ardu, mais toujours généreux ici-bas afin que les vertus grandissent.

Bref Apostolique de la Béatification de Josémaria Escriva

Le Fondateur de l'Opus Dei a clairement perçu les virtualités apostoliques illimitées contenues dans la vie commune des fidèles, s'ils ont le souci de sanctifier leur travail et l'ensemble des activités ordinaires. D'où son insistance sur la nécessité de fondre dans une harmonieuse unité de vie la prière, le travail et l'apostolat: “ Il n'y a qu'une seule vie, faite de chair et d'esprit, et c'est cette vie-là qui doit être, corps et âme, sainte et pleine de Dieu. (...) Notre époque a besoin qu'on restitue à la matière et aux situations qui semblent les plus banales leur sens noble et originel, qu'on les mette au service du Royaume de Dieu ” (Entretiens, n. 114).

Régina Coeli avec Jean-Paul II, le 17 mai, après la béatification

Au dernier instant de sa vie sur terre, mgr Escriva adressa un intense regard au tableau de la Vierge de Guadalupe qu’il avait dans sa chambre pour se confier à son intercession maternelle et lui demander de l’accompagner vers sa rencontre avec Dieu.

Homélie de Jean-Paul II à la Béatification de Josémaria Escriva, le 17 mai 1992

La vie spirituelle et apostolique du nouveau Bienheureux était fondée sur la conscience, grâce à la foi, d'être fils de Dieu dans le Christ. Cette foi nourrissait son amour pour le Seigneur, son zèle évangélisateur, son allégresse constante, même au milieu des grandes épreuves et des difficultés qu'il eut à surmonter. " Porter la croix, c'est trouver le bonheur, la joie - nous dit-il dans l'une de ses Méditations - ; porter la croix, c'est s'identifier au Christ, c'est être le Christ et, par conséquent, être enfant de Dieu. "

Discours aux participants au Congrès UNIV 1983

Vous êtes tenus de vous sanctifier en contribuant en même temps à la sainteté des autres, de vos semblables, en sanctifiant votre travail et votre milieu, la profession ou le métier qui remplit vos journées, qui façonne votre personnalité humaine, qui est votre façon d’être présent au monde.

Audiencia de san Josemaría con Juan XXIII, el 5 de marzo de 1960