Les litanies de Lorette (2)

Nous avons évoqué les compliments sur la sainteté et la maternité de Marie. Apprécions maintenant les séquences d'éloges de sa virginité et de sa royauté avec au milieu, comme un jet débordant, une cinquième séquence, tel un bouquet d’images, pour la plupart d’inspiration biblique.

La Vierge Marie
Opus Dei - Les litanies de Lorette (2) Vierge Dorée, portail de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens (XIIIe siècle)

III : Vierge pleine d'amour.

La virginité chrétienne, à l'exemple du Christ, est don et tâche.
Un don fiable à Dieu et au prochain, qui suscite d'autres.
La Vierge accueille et diffuse la grâce sans contaminations d'égoïsme.
L'amour plénier se déverse sur ses enfants, les remplissant de vérité et de force :
Vierge débordante de qualités :
très prudente, digne de vénération et de louange ;
prodigue en services : puissante, clémente, fidèle.

IV : L'avalanche d'images.


Statue de Notre Dame, façade de la cathédrale de Paris (XIIIe siècle).


Lorsque le raisonnement n'arrive pas à saisir l'ampleur de l'amour divin, « la liturgie, plutôt que d'expliquer, elle chante; elle frappe l'imagination afin que chacun mette toute son ardeur à louer » (saint Josémaria, Quand le Christ passe §178).

« la liturgie, plutôt que d'expliquer, elle chante; elle frappe l'imagination afin que chacun mette toute son ardeur à louer »

Le souvenir des images bibliques et patristiques, qui tourne comme un kaléidoscope vertigineux, donne relief au portrait de Marie : miroir, siège, source.

La nature et l'art fournissent des images à foison : lumière, matériaux précieux, objets domestiques et de culte…

Le parfum de la fleur, la silhouette d'un vase, la solidité des tours,

Tout peut aider à saisir la place de Notre Dame dans l'histoire du salut.

La prédilection de la Vierge victorieuse ne laisse pas seuls ceux qui peinent dans le pèlerinage de la foi : elle devient santé, refuge, consolatrice et secours.


V : Reine de cieux et terre.

L'assomption de Notre Dame, relief dans la façade sud du transept, cathédrale de Reims (XIIIe siècle).


Dans la logique du Royaume de Dieu, l'humilité éveillée est mise à l'honneur ;
la vie de la première « Servante du Seigneur » est couronnée par sa place à la droite du Roi des rois.
Diligente sans faille, Notre Dame a été établie reine dans le royaume de son Fils, le Roi éternel de gloire.
Les membres heureux de son peuple, en tout temps, reconnaissent sa dignité et bénéficient de ses largesses :
les aînés, comme les anges, les patriarches, les prophètes ;
les héros, tels que les apôtres, les martyrs, les confesseurs ;
enfin l'ensemble du peuple : les vierges, tous les saints, toutes les familles.
La Reine comblée de gloire gouverne nos pas :
conçue sans péché, élevée aux cieux, elle est à l'écoute de notre rosaire et de nos litanies.

Abbé Antoine Fernandez