Communiquer à tous le feu et la joie du Christ

A l'occasion de la journée mondiale des Mouvements ecclesiaux, qui est pour lui "une preuve de la vitalité de l'Eglise" le Prélat de l'Opus Dei a publié un article dans le quotidien italien Avvenire

Du Prélat

La solennité de la Pentecôte est encore célébrée cette année en Mai, mois de la Sainte Vierge. Marie nous apprend à accueillir la Troisième Personne de la Très Sainte Trinité. Aussi, le pape François nous a-t-il rappelé en sa dernière audience générale que nous devons nous tourner vers Marie pour « vivre nous aussi » son « oui », sa disponibilité totale à accueillir le Fils de Dieu dans sa vie, transformée à partir de ce moment-là.

Ces derniers temps, nous avons eu tant d’occasions de louer Dieu pour l’action de l’Esprit Saint : l’élection du pape François a provoqué chez beaucoup de personnes l’envie de reprendre le chemin de la foi, celui du sacrement de Pénitence. La force du Saint-Esprit encourage les chrétiens à réaliser une véritable transformation pour diffuser l’Évangile dans le monde.

L’Église avance toujours sous l’impulsion du Saint-Esprit et il en sera toujours ainsi.

Dans la vie de l’Église, toutes les réalités ecclésiales sont inspirées par l’Esprit Saint lui-même, aussi bien les manifestations diverses de son organisation hiérarchique que sont par exemple, les diocèses, les vicariats apostoliques, les ordinariats, les prélatures territoriales ou personnelles que toutes celles qui surgissent dans le cadre du droit associatif de ses membres, ce qui est le cas des mouvements ou des associations.

Une démonstration particulière de cette action du Paraclet est la rencontre des mouvements ecclésiaux, des associations et des groupes de laïcs, célébrée samedi et dimanche à Rome. Cette rencontre est le point d’orgue d’un pèlerinage organisé à l’occasion de l’Année de la Foi par notre bien-aimé Benoît XVI, maître en la compréhension amoureuse du mystère chrétien. Elle est une preuve de la vitalité de l’Église qui, poussée par le souffle de l’Esprit, ne cesse de susciter des formes et des langages nouveaux pour toucher tout homme, toute femme, pour communiquer le feu et la joie du Christ à tous les cœurs.

La Prélature de l’Opus Dei, de par sa nature, ne participera pas à ce pèlerinage des mouvements. Mais, grâce à la communion ecclésiale, nous y serons tous présents par notre prière et notre affection : les fidèles de la Prélature, avec tant d’autres catholiques seront très unis, durant cette Pentecôte, au pape François et aux représentants de ces institutions.

Par ailleurs, beaucoup d’entre eux, à titre personnel, assisteront avec leur famille, leurs amis, aux célébrations qui auront lieu sur la place Saint-Pierre.

Puisse ce désir ardent de saint Josémaria, fondateur de l’Opus Dei avoir une portée infinie: « J’aimerais […] que, dans la Sainte Église, nous nous sentions tous membres d’un seul corps, comme nous le demande l’Apôtre ; que nous vivions à fond, sans indifférence, les joies, les tribulations, l’expansion de notre Mère […]. J’aimerais que nous vivions une véritable identité des uns aux autres, et de nous tous au Christ ». (Forge, 630). Le pape François nous y encourage avec son sourire et son cœur de pasteur de tous.

La Pentecôte nous parle de langues, d’expansion, de sortie de nous-mêmes. Elle nous encourage aussi à chercher l’unité affective et effective de tous les enfants de l’Église. Une unité qui est signe d’espérance.

+ Xavier Echevarria

Prélat de l'Opus Dei

  • Mgr Xavier Echevarría // Avvenire 18 mai 2013