Camp social 2016 du club Altaquota

"A l'occasion du Jubilé de la Miséricorde" ne pourrait-on pas organiser une activité sociale pendant l'été ? Voilà ce que des jeunes du club Altaquota de Lugano et leurs parents cherchaient à concrétiser.

Initiatives apostoliques
Opus Dei - Camp social 2016 du club Altaquota

C'est alors qu'en novembre 2015, pendant un séjour à Fondachelli Fantina, un petit village d'un peu plus de 1000 habitants, situé entre les chaînes des Monts Péloritains et des Monts Nébrodes dans la Province de Messina, Pietro, un jeune biologiste et animateur du club, pendant une partie de foot, a fait la connaissance de jeunes provenant de l'Afrique tous entre 15 et 17 ans qui étaient hébergés dans le centre de premier accueil d'étrangers mineurs non accompagnés.


"Cet été on pourrait apporter notre contribution"!

L'enthousiasme des autorités locales

C'est ainsi que, Antonio, un jeune de Messina qui travaille à Lugano et sa famille qui nous hébergeaient au Centre international le Miniere di Fondachelli, se sont mis en contact avec les autorités communales. Elles se sont montrées tout de suite enthousiastes à l'idée d'organiser quelque chose avec les suisses.Notre rôle serait de nous mettre au service des responsables du centre d'accueil pour les aider dans leurs activités auprès des jeunes (alphabétisation, bricolage, excursion et sport).Nous avons alors proposé aux garçons du club de mettre à disposition leurs deux premières semaines de juillet pour un "Altaquota Social Camp”. C'est ainsi que des portes se sont ouvertes. Pour une première expérience, nous voulions limiter le nombre de participants. Nous étions ainsi seulement dix jeunes et accompagnants.

Une bataille pour rompre la glace

L'activité qui a permis de rompre la glace entre les jeunes (qui souvent avaient fui leur pays à cause de violences et de persécutions) a été une bataille d'eau sous le soleil de la Sicile! Mais également des parties de foot, de volley-ball, beaucoup d'activités manuels et quelques cours d'italien (les adolescents provenant de l'Egypte, du Bangladesh, du Nigeria, du Pakistan et du Ghana, parlaient leur langue maternelle et seulement un peu d'anglais).
Nous avons aussi et principalement peint une fresque sur un des murs du centre d'accueil.

Ces deux semaines ont passé très vite et pendant la fête organisée pour le dernier jour Peter, Aziz et Mahmoud, ont demandé avec beaucoup d'émotion à Giacomo, Roberto e Natt, : "Est-ce vrai que vous allez revenir l'année prochaine ? "J'ai découvert que de dépenser du temps pour les autres était une très belle manière de passer des vacances"!

“J'ai mûri!”

Pendant le voyage de retour tous les participants étaient enthousiastes : "j'ai découvert que dépenser du temps pour les autres est une très belle manière de passer des vacances"! "Cela a été exigeant mais j'ai mûri!". "Je me suis amusé et en même temps cela a été magnifique d'aider des jeunes moins privilégié que nous!" "J'ai hâte de refaire
cette expérience". Suite à cette aventure de l’Altaquota Social Camp les deux premières semaines de juillet seront dorénavant certainement réservés à cette activité.