Benoît XVI déclare Álvaro del Portillo vénérable

Le Saint-Père Benoît XVI a autorisé aujourd’hui [28 juin] la Congrégation pour les Causes des Saints à promulguer des décrets relatifs à 16 causes de canonisation. On trouve parmi celles-ci le décret des vertus héroïques de l’évêque Alvaro del Portillo (1914-1994), prélat de l’Opus Dei.

Procès en canonisation
Opus Dei - Benoît XVI déclare Álvaro del Portillo vénérable Le vénérable Álvaro del Portillo.

Réaction de Mgr Echevarria, Préat de l'Opus Dei Lorsqu’il a pris connaissance de la nouvelle annoncée ce matin [28 juin] par la Salle de Presse du Saint Siège, Mgr Xavier Echevarria a prononcé les paroles suivantes :

La déclaration des vertus héroïques de Mgr Alvaro del Portillo est un motif d’action de grâce : gratitude pour ce pasteur exemplaire qui a aimé le Seigneur et son Eglise, ceux qui l’entouraient ou se trouvaient près de lui, en plus de prier pour l’humanité. Il s’est efforcé à chaque instant de chercher à accomplir fidèlement la volonté de Dieu.

De nombreuses personnes, hommes et femmes, se souviennent de don Alvaro comme d’une personne, un prêtre de paix et loyal à son engagement d’amour avec Dieu ; très uni à l’Eglise et au Souverain Pontife ; il a su servir avec joie et une générosité totale saint Josémaria Escriva de Balaguer ; ses frères – devenus par la suite ses enfants – de l’Opus Dei ; ses parents ; ses amis et collègues. Avec sa prédication, il a aidé des centaines de milliers de personnes originaires des pays dans lesquels il s’est rendu au cours de voyages pastoraux, à trouver la félicité dans la fidélité à Jésus-Christ.

Je sais également que de nombreuses personnes ont recours à son aide, dans de multiples endroits du monde, face à des besoins individuels, familiaux, de travail, d’amitié. Tous commentent unanimement qu’il irradiait la paix, la joie, la simplicité, l’esprit chrétien et la vision apostolique.

Biographie de Mgr Alvaro del Portillo

Mgr Alvaro del Portillo est né à Madrid (Espagne) le 11 mars 1914. Il était le troisième des huit enfants d’une famille profondément chrétienne. Il était ingénieur des ponts et chaussées et docteur en philosophie et en droit canonique.

En 1935, il entra dans l’Opus Dei, fondé le 2 octobre 1928 par saint Josémaria Escriva. Il vécut très fidèlement sa vocation à l’Opus Dei, en sanctifiant son travail professionnel et en remplissant ses devoirs ordinaires. Il effectua un très large apostolat parmi ses camarades d’étude et ses collègues.

Très vite, il devint le plus ferme appui de saint Josémaria, dont il fut le plus proche collaborateur pendant près de quarante ans.

Ordonné prêtre le 25 juin 1944, il se consacra dès lors sans relâche à son ministère pastoral, au service des membres de l’Opus Dei et de toutes les âmes.

En 1946, il s’établit à Rome auprès de saint Josémaria. Infatigable serviteur de l’Église, il remplit avec zèle les charges que le Saint-Siège lui avait confiées : consulteurs de plusieurs dicastères de la Curie romaine, il participa activement aux travaux du concile Vatican II.

Le 15 septembre 1975, il fut élu premier successeur de saint Josémaria. Le 28 novembre 1982, érigeant l’Opus Dei en prélature personnelle, le pape Jean-Paul II le nommait prélat de l’Opus Dei ; il lui conféra l’ordination épiscopale le 6 janvier 1991.

Tout le travail de gouvernement du Serviteur de Dieu s’est caractérisé par sa fidélité au fondateur et à son message, dans un travail pastoral incessant : étendre les apostolats de la Prélature, pour le plus grand service de l’Église.

S’adonnant pleinement à la mission qu’il avait reçue, il suivait ainsi les enseignements de saint Josémaria : il cherchait à approfondir le sens de la filiation divine, fruit de l’action de l’Esprit Saint. Par là-même, il tendait à s’identifier au Christ dans un abandon confiant à la Volonté de Dieu le Père, soutenu constamment par la prière, l’Eucharistie et une tendre dévotion envers la Sainte Vierge.

Son amour de l’Église se manifestait par sa profonde communion avec le Pape et les évêques. Sa charité envers tous, son inlassable sollicitude pour ses filles et ses fils dans l’Opus Dei, l’humilité, la prudence et la force, la joie et la simplicité, l’oubli de soi et l’ardent désir de gagner des âmes au Christ, dont témoigne sa devise épiscopale regnare Christum volumus ! et une bonté, une sérénité, une bonne humeur rayonnante sont des traits marquants de sa personnalité et de son âme.

À l’aube du 23 mars 1994, quelques heures après son retour d’un pèlerinage en Terre Sainte où, de Nazareth au Saint-Sépulcre, il avait parcouru avec une grande ferveur les lieux de la vie terrestre de Jésus, ce serviteur bon et fidèle fut rappelé auprès du Seigneur. La veille, il avait célébré sa dernière Messe dans l’église proche du Cénacle, à Jérusalem.

Mgr Echévarria salue le Cardinal Ruini à la fin de la cérémonie.

Le jour même, sa Sainteté le pape Jean-Paul II est venu prier devant sa dépouille mortelle, qui repose maintenant dans la crypte de l’église prélatice Sainte-Marie-de-la-Paix, continuellement entourée de la prière et de l’affection des fidèles de la Prélature et de milliers d’autres personnes.